Chargeur unique en Europe : ça va changer quoi ?

Aujourd’hui, la Commission Européenne a présenté une nouvelle proposition de loi visant à valider l’introduction du chargeur universel sur les appareils électroniques. On fait le point sur ce qu’il fallait retenir.

Le rendez-vous était pris cet après-midi à Bruxelles. Depuis plusieurs mois déjà, l’Europe a fait du chargeur unique l’un de ses fers de bataille. Elle projette notamment de contraindre les constructeurs tech — Apple en tête de liste — à adopter le chargeur USB-C comme modèle universel. S’il est validé, le projet de loi présenté aujourd’hui devrait permettre de faciliter la vie des consommateurs, mais aussi de réduire l’impact environnemental qui pèse actuellement sur le marché.

Quels appareils seront concernés ?

Si les téléphones sont tout particulièrement concernés par ce projet de loi, ils ne seront pas les appareils les plus impactés. En plus de nos smartphones, l’Europe souhaite en effet valider l’adoption du chargeur USB-C pour l’ensemble des appareils électroniques. Les tablettes, casques et écouteurs audio, enceintes, mais aussi les consoles portables et les appareils photo numériques devront, eux aussi, abandonner leur chargeur propriétaire au profit de la charge universelle.

En adoptant l’USB-C comme la norme universelle, l’Europe veut avant tout faciliter la vie des consommateurs. Non seulement ces derniers n’auront plus à jongler entre leurs différents chargeurs, mais surtout, la charge rapide s’impose aussi comme la vitesse de charge minimale en filaire. De plus, les téléphones commercialisés après l’adoption de la loi devront désormais intégrer une puissance de batterie supérieure ou égale à 25W.

Abandon du bloc chargeur et économies d’énergie

Autre obligation pour les constructeurs, l’abandon du bloc de chargement. Si Samsung, Apple et Xiaomi ont déjà sauté le pas, l’ensemble des constructeurs pourrait bientôt être concerné. Un moyen, estime l’Europe, de limiter leur prolifération sur le marché, à l’heure où 420 millions d’appareils électroniques (et tout autant de chargeurs) sont vendus chaque année sur le vieux continent, pour un total de 11 000 tonnes de déchets électroniques. À noter qu’il sera toujours possible pour les marques de commercialiser leur propre bloc de charge, mais ce dernier devra être livré en option, laissant ainsi le choix final au consommateur.

En plus de désencombrer nos tiroirs, l’abandon du bloc secteur devrait aussi permettre au contribuable de réaliser des économies non négligeables : selon la Commission européenne, 2,4 milliards d’euros seraient dépensés chaque année par les utilisateurs et utilisatrices de smartphones, à cause de chargeurs incompatibles.

Apple joue les frondeurs

En réalité, l’adoption de l’USB-C comme norme universelle en Europe ne devrait pas changer grand-chose chez les fabricants de smartphones, la plupart ayant déjà opté pour la charge rapide. L’opposition se fait pourtant déjà entendre du côté de la marque à la Pomme. Fidèle à son câble Lightning depuis des années, Apple ne voit pas d’un très bon œil cette proposition de loi. Si l’Europe venait à imposer la charge filaire unique, l’entreprise américaine pourrait d’ailleurs décider de jouer les frondeurs jusqu’au bout, en abandonnant totalement la charge filaire au profit de son chargeur magnétique MagSafe.

Tiri

Je suis un développeur web qui cherche à résoudre les problèmes du monde réel. J'ai la passion d'apprendre et de partager mes connaissances avec les autres, aussi publiquement que possible.