La Banque d’Angleterre avertit que le bitcoin pourrait déclencher un effondrement financier comparable à celui causé par la crise financière de 2008

De plus en plus de pays mettent fin à la frénésie qui entoure les cryptomonnaies en interdisant leur extraction et leur utilisation, et la tendance pourrait se poursuivre. Le gouverneur adjoint de la Banque d’Angleterre chargé de la stabilité financière, Jon Cunliffe, a averti ce mercredi que les devises numériques telles que le bitcoin pourraient provoquer un effondrement financier à moins que les gouvernements n’adoptent des réglementations strictes. Dans son discours de mis en garde, il a comparé cette frénésie à la crise des subprimes aux États-Unis, qui a déclenché la crise financière de 2007 à 2011.

En effet, il n’y a presque aucune réglementation dans l’univers des cryptomonnaies. Le marché définit ses propres règles et les utilisateurs de devises numériques font parfois des investissements gagnants ou parfois, ils sont escroqués, ces derniers cas s’étant malheureusement multipliés au cours des derniers mois. Des dirigeants de bourses de cryptomonnaies disparaissent parfois, par exemple, avec des dizaines de millions de dollars ou ces bourses cessent brusquement de fonctionner, privant ainsi les investisseurs de leurs avoirs. En plus, la valeur des cryptomonnaies est très volatile, car elle varie le plus souvent en fonction de l’intérêt pour ces monnaies.

Certains les considèrent comme des valeurs sécurisées, un pari contre l’inflation et une solution pour l’inclusion financière. Cependant, de nombreux économistes de renom – à l’instar de Jamie Dimon, le PDG de la banque américaine JP Morgan Chase & Co – refusent cette idée et voient les cryptomonnaies comme un danger pour les économies du monde. Jon Cunliffe, le gouverneur adjoint de la Banque d’Angleterre chargé de la stabilité financière, est de ceux-là et a mis en garde mercredi que les cryptomonnaies pourraient nous conduire directement vers un gouffre financier, si aucune réglementation n’est mise en place rapidement.

Comparant la croissance rapide des cryptomonnaies à la spirale de la valeur des prêts hypothécaires à risque américains avant le krach financier de 2008, Cunliffe a déclaré qu’il y avait un risque que les marchés financiers soient secoués dans quelques années par un événement d’une ampleur similaire. La valeur du bitcoin et de son plus proche rival, l’Ethereum, a chuté au début de l’année, mais a repris du terrain pour atteindre des sommets historiques. Il y a seulement cinq ans, un bitcoin valait environ 700 dollars, contre environ 61 000 dollars à l’heure où nous écrivons ces lignes. L’Ethereum a presque doublé de valeur depuis juillet pour atteindre 3 900 dollars.

Il a comparé le taux de croissance du marché des cryptomonnaies au marché des prêts hypothécaires à risque de 1,2 mille milliards de dollars en 2008. La valeur des cryptomonnaies a augmenté d’environ 200 % cette année, passant d’un peu moins de 800 milliards de dollars à 2,3 mille milliards de dollars. « Bien entendu, ces 2,3 mille milliards de dollars doivent être considérés dans le contexte d’un système financier mondial de 250 mille milliards de dollars. Mais comme la crise nous l’a montré, il n’est pas nécessaire de représenter une grande partie du secteur financier pour déclencher des problèmes de stabilité financière », a-t-il déclaré.

« Lorsque quelque chose dans le système financier se développe très rapidement, et se développe dans un espace largement non réglementé, les autorités de stabilité financière doivent s’asseoir et prendre note », a-t-il ajouté. Cunliffe estime tout de même que les gouvernements et les régulateurs doivent veiller à ne pas réagir de manière excessive ou à ne pas classer les nouvelles approches comme « dangereuses » simplement parce qu’elles sont différentes, et a également noté que les cryptomonnaies offrent une perspective d' »améliorations radicales » dans les services financiers. Cela dit, il a noté qu’il y avait des preuves que les spéculateurs commençaient à emprunter de l’argent pour acheter des monnaies numériques.

Pour l’instant, les enquêtes suggèrent que les dépenses en cryptomonnaies ne sont soutenues que par environ 40 milliards de dollars de fonds empruntés. Mais il semble que les opérateurs spéculent de plus en plus sur la valeur future des monnaies numériques. Il a déclaré que les courtiers du Chicago Mercantile Exchange effectuaient des achats de cryptomonnaies pour un montant de 2 milliards de dollars par jour et que la popularité des opérations à terme attirait les fonds spéculatifs et autres spéculateurs. Les cryptomonnaies pourraient en effet perdre toute valeur du jour au lendemain, ce qui augmente le risque qu’un krach infecte le système financier dans son ensemble.

Et comme souligné plus haut, la valeur des cryptomonnaies est sensible à une variété de déclencheurs externes, des commentaires du PDG de Tesla, Elon Musk, aux mesures de répression réglementaires du gouvernement chinois. « La majeure partie de ces actifs n’a pas de valeur intrinsèque et est vulnérable aux grandes corrections de prix. Le monde de la cryptomonnaie commence à se connecter au système financier traditionnel et nous assistons à l’émergence d’acteurs à effet de levier. Et, de manière cruciale, cela se passe dans un espace largement non réglementé », a déclaré Cunliffe. Mais il a ajouté que les risques pour la stabilité financière restent relativement limités pour l’instant.

« Les risques pour la stabilité financière sont actuellement relativement limités, mais ils pourraient croître très rapidement si, comme je le prévois, ce secteur continue à se développer et à s’étendre à un rythme soutenu. L’ampleur de ces risques dépendra en grande partie de la nature et de la rapidité de la réponse des autorités de réglementation et de surveillance », a-t-il ajouté. Cunliffe a souligné que le prix du bitcoin a chuté de 10 % en une seule journée à près de 30 reprises au cours des cinq dernières années, dont la plus importante a été une chute de près de 40 % après un cyberincident sur la bourse de bitcoins et de cryptomonnaies BitMEX, basée aux Seychelles.

« La question prospective est de savoir ce qui pourrait résulter de tels événements, si ces cryptoactifs continuent de croître à l’échelle, s’ils continuent de s’intégrer davantage dans le secteur financier traditionnel et si les stratégies d’investissement continuent de se complexifier », a-t-il déclaré. « Ces deux éléments étaient présents sur le marché des prêts hypothécaires à risque avant 2008, permettant les effets d’entraînement qui ont finalement mis l’économie mondiale à genoux, et ils deviennent de plus en plus importants dans l’espace cryptomonnaie », a fait remarquer Cunliffe. Ses commentaires font écho à ceux du gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey.

Ce dernier a averti en mai que les investisseurs en cryptomonnaies devaient être prêts à perdre tout leur argent en raison de l’absence de « valeur intrinsèque » de ces actifs. La Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a également mis en garde contre la nature risquée des investissements en cryptomonnaie. Il y aurait en outre un conflit croissant entre la nécessité d’élaborer des normes dans le cadre d’un « processus minutieux et attentif » et la croissance rapide du commerce numérique. Cunliffe a indiqué que la rédaction des directives rédigées par les organismes de réglementation des marchés financiers mondiaux avait pris deux ans, alors que les plateformes d’échange de monnaies numériques ont été multipliées par seize.

« Bien que la cryptomonnaie fonctionne de manière originale, des normes et une réglementation bien conçues pourraient et devraient permettre de gérer les risques dans le monde de la cryptomonnaie comme ils sont gérés dans le monde de la finance traditionnelle », a déclaré Cunliffe. De nombreux régulateurs dans le monde ont commencé à travailler pour établir un cadre de politique publique à travers lequel gérer la croissance exponentielle des cryptoactifs, mais Cunliffe a déclaré que cela doit être poursuivi de toute urgence.

« La technologie et l’innovation ont permis d’améliorer la finance tout au long de l’histoire. La technologie des cryptomonnaies offre de grandes possibilités. Comme l’a dit [Ralph Waldo] Emerson : « si vous construisez une meilleure souricière, le monde se précipitera à votre porte ». Mais il doit s’agir d’une souricière vraiment meilleure et non pas d’une souricière qui fonctionne simplement selon des normes inférieures – ou sans normes du tout », a-t-il conclu.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Que pensez-vous des commentaires de Jon Cunliffe ?

Pensez-vous que les cryptomonnaies peuvent provoquer un effondrement du système financier ?

Voir aussi

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan, reste toujours critique face au bitcoin, il estime que le bitcoin ne vaut rien et qu’il doit être réglementé

Jack Dorsey mise sur le bitcoin qui sera une « grande partie » de l’avenir de Twitter. Le PDG voit des opportunités d’intégrer la cryptomonnaie dans les produits et services Twitter

J.P. Morgan dévoile une cryptomonnaie adossée au dollar américain pour les paiements entre entreprises

Tiri

Je suis un développeur web qui cherche à résoudre les problèmes du monde réel. J'ai la passion d'apprendre et de partager mes connaissances avec les autres, aussi publiquement que possible.