Les États-Unis et l’Union Européenne décident de travailler sur l’approvisionnement en puces, les règles technologiques et le commerce avec la Chine

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu d’approfondir la coopération transatlantique pour renforcer les chaînes d’approvisionnement en semi-conducteurs, limiter les pratiques commerciales non conformes au marché de la Chine et adopter une approche plus unifiée de la réglementation des grandes entreprises technologiques mondiales.

Lors du lancement d’un nouveau forum, le Conseil américano-européen du commerce et de la technologie (TTC), les hauts responsables des cabinets des deux continents se sont également engagés à coopérer en matière d’examen des investissements, de contrôle des exportations de technologies sensibles à double usage et de développement de l’intelligence artificielle (IA).

La déclaration n’a pas mentionné la Chine mais a déclaré : « Nous sommes solidaires pour continuer à protéger nos entreprises, nos consommateurs et nos travailleurs contre les pratiques commerciales déloyales, en particulier celles posées par les économies non marchandes, qui sapent le système commercial mondial. »

L’administration Biden a maintenu en place les tarifs douaniers imposés par l’ancien président américain Donald Trump, mais a cherché à se démarquer en collaborant davantage avec ses alliés dans son approche de la Chine.

Les réunions ont été menées par le secrétaire d’État américain Antony Blinken, la secrétaire au commerce Gina Raimondo, la représentante américaine au commerce Katherine Tai, le chef du commerce de l’UE Valdis Dombrovskis et la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager.

Ils se sont réunis dans un centre de développement des technologies de robotique et d’intelligence artificielle construit dans le carcasse rouillée d’un ancien laminoir à acier surmonté de panneaux solaires, symbole de la renaissance post-industrielle de Pittsburgh en tant que pôle technologique.

La réunion a failli être interrompue par la colère des Français suite à la décision des États-Unis de fournir des sous-marins nucléaires à l’Australie, ce qui a incité Canberra à annuler un contrat de 40 milliards de dollars avec la France.

Les gouvernements des États-Unis et de l’Union européenne ont toutefois soutenu une déclaration commune visant à renforcer les chaînes d’approvisionnement en semi-conducteurs, en se concentrant dans un premier temps sur la réduction des goulets d’étranglement à court terme, puis sur l’identification des vulnérabilités à plus long terme et le « renforcement de nos écosystèmes nationaux de semi-conducteurs, de la recherche à la fabrication, en passant par la conception, en vue d’améliorer la résilience« .

Ils ont indiqué qu’ils s’efforceraient d’éviter une course aux subventions pour attirer les investissements dans les puces et rechercheraient « les bonnes incitations. »

Le communiqué n’a pas précisé le calendrier d’une deuxième réunion du CTT, mais les responsables de l’UE ont déclaré que celle-ci aurait probablement lieu au printemps 2022 en Europe.


Le pouvoir des grandes technologies

« Nous sommes engagés dans une coopération transatlantique concernant les politiques de plateforme qui se concentrent sur la désinformation, la sécurité des produits, les produits de contrefaçon et d’autres contenus nuisibles« , indique le communiqué.

Les États-Unis et l’Europe s’efforçant de limiter le pouvoir croissant des géants américains de la technologie tels que Google (GOOGL.O), Facebook (FB.O), Apple (AAPL.O) et Amazon (AMZN.O), une telle coopération rendrait plus difficile la lutte de l’industrie technologique américaine contre les nouvelles règles.

Mme Vestager, qui adopte une position dure à l’égard de l’industrie technologique américaine depuis des années, a déclaré que les discussions sur l’IA figuraient parmi les principaux points à retenir de la réunion.

« Les esprits se rencontrent pour que l’intelligence artificielle soit digne de confiance, qu’elle soit centrée sur l’humain et qu’elle ait une approche fondée sur le risque« , a déclaré Mme Vestager aux journalistes après la réunion.

Le nouveau conseil technologique et commercial a formé 10 groupes de travail pour approfondir la coopération dans ces domaines et dans d’autres, notamment les technologies climatiques et propres, la sécurité des technologies de communication et l’utilisation abusive des technologies pour réprimer les droits de l’homme.

Plusieurs groupes commerciaux de Washington ont déclaré que l’industrie ne souhaitait pas que les États-Unis adoptent l’approche européenne en matière de réglementation numérique.

Les responsables européens ont déclaré que les participants à la réunion n’avaient pas abordé l’un des plus grands sujets d’irritation commerciale transatlantique, à savoir les droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium, qui ont entraîné des droits de douane européens sur le whisky bourbon et les motos.

M. Dombrovskis a déclaré que le temps manquait pour que les parties parviennent à un accord avant la date limite de fin novembre, mais il a ajouté que l’UE était prête à examiner des arrangements similaires convenus par le Canada et le Mexique qui ont levé les droits de douane américains sur leurs exportations d’acier et d’aluminium vers les États-Unis en 2019.

Source : U.S-EU Trade and Technology Council (TTC)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quelles pourraient être les conséquences d’un durcissement des règles commerciales envers la Chine ?

Voir aussi :

Les États-Unis et l’UE resserrent leurs liens dans le domaine des technologies émergentes, pour contrer la Russie et la Chine

Intel vient de signer un important contrat de fabrication de puces avec le Pentagone, les États-Unis fournissaient 37 % des puces du monde en 1990, mais ce chiffre est tombé à 12 %

Course mondiale à l’intelligence artificielle : l’UE continue de se laisser distancer par les États-Unis premiers en la matière et par la Chine, qui se rapproche du sommet à grande vitesse

L’UE se fixe pour objectif 2030 de produire des semi-conducteurs de pointe, tandis que le Sénat US envisage un financement de 30 milliards $ pour stimuler le secteur de la fabrication de puces

Tiri

Je suis un développeur web qui cherche à résoudre les problèmes du monde réel. J'ai la passion d'apprendre et de partager mes connaissances avec les autres, aussi publiquement que possible.