Les NFT (jetons non fongibles) sont-ils une grosse escroquerie ? Oui, selon Stephen Diehl, un ingénieur logiciel

Les NFT sont devenus très populaires au cours de ces deux dernières années avec plus de 170 millions de dollars de vente en mai 2021, même si le marché a légèrement régressé au cours des derniers mois. Certains ont gagné des millions de dollars en investissant dans les NFT et d’autres se sont fait duper et ont perdu énormément d’argent. Alors s’agit-il d’un investissement sécurisé ou d’une escroquerie pure et simple ? Stephen Diehl, un ingénieur logiciel basé à Londres en Angleterre, pense que le concept n’est qu’un système de vol déguisé et nous explique sa théorie à travers un argumentaire sur Twitter.

À l’instar des cryptomonnaies, les NFT sont des actifs cryptographiques basés sur la blockchain. Ils sont dotés de codes d’identification et de métadonnées uniques les distinguant les uns des autres. Mais contrairement aux cryptomonnaies, ils ne peuvent pas être négociés ou échangés à l’équivalence. C’est la raison pour laquelle ils sont dits non fongibles. Cela diffère des jetons fongibles comme les cryptomonnaies, qui sont identiques les uns aux autres et, par conséquent, peuvent être utilisés comme support de transactions commerciales. En gros, les NFT sont des jetons uniques qui existent sur une blockchain et ne peuvent être reproduits.



Ils peuvent être utilisés pour représenter des objets du monde réel comme des œuvres d’art ou encore des biens immobiliers. La « tokenisation » de ces biens tangibles du monde réel permet de les acheter, de les vendre et de les échanger plus efficacement tout en réduisant la probabilité de fraude. Les NFT peuvent également être utilisés pour représenter l’identité des personnes, les droits de propriété, etc. La construction distincte de chaque NFT offre plusieurs possibilités d’utilisation. En outre, parce qu’ils sont basés sur la blockchain, les NFT pourraient supprimer les intermédiaires, simplifier les transactions et créer de nouveaux marchés.

Cependant, deux groupes s’opposent quant au bien fondé des NFT : il y a ceux qui vantent les mérites des NFT et ceux qui les considèrent comme une arnaque. Stephen Diehl s’identifie au deuxième groupe et voici ci-après ces déclarations. Tout d’abord, Stephen tente d’expliquer ce qu’est réellement le marché des NFT. Contrairement à l’achat d’obligations, d’actions, de biens immobiliers ou d’œuvres d’art, sur le marché des NFT, vous n’achetez pas un objet ayant une existence, des droits ou une utilité tangibles. « Vous achetez une entrée coûteuse dans la base de données de quelqu’un d’autre », a déclaré Stephen.

Stephen estime qu’il y existe un marché comparable à celui des NFT : le marché des noms de stars. Dans les années 90, des entrepreneurs auraient e effet découvert qu’il était possible de convaincre le public d’acheter des « droits » pour donner à des étoiles non encore nommées le nom de leurs proches en vendant des entrées dans un registre non officiel. Vous achetiez les « droits » de nommer l’étoile et on vous envoyait un papier déclarant que vous étiez désormais le propriétaire de ladite étoile. Rien n’était officiel, vous payiez simplement quelqu’un pour mettre à jour un registre concernant une étoile située à des millions d’années-lumière.

Le problème avec les registres d’étoiles est qu’ils ne sont pas uniques et ne transmettent pas réellement la propriété. Toute l’escroquerie consiste à convaincre d’autres personnes que cela a une signification. La valeur du nom d’une étoile est précisément la quantité de « conneries » que votre bien-aimé(e) est prêt(e) à acheter dans cette entreprise. En plus de l' »International Star Registry », plusieurs autres « chaînes de bureaux d’enregistrement » sont apparues, prétendant offrir le même service. Star Name Registry, NameAStar, StarNamingGifts, etc., toutes prétendent offrir le même service avec un bureau d’enregistrement qui fait également autorité.

Pour Stephen, les NFT sont l’évolution de cette escroquerie sous une forme plus alambiquée. Au lieu d’acheter prétendument une étoile, vous achetez prétendument un JPEG d’un artiste. Sauf que vous n’achetez pas l’image, vous achetez une URL signée numériquement vers l’image. Sauf que maintenant, au lieu d’acheter votre étoile numérique [votre NFT] avec des dollars, il y a un deuxième volet à l’escroquerie. Vous devez acheter l’étoile en échangeant vos dollars contre un jeton bizarre dont la valeur fluctue sur un marché secondaire. Il fait référence aux cryptomonnaies qui sont réputées pour avoir une valeur extrêmement volatile.

Stephen poursuit en déclarant que l’inscription des étoiles numériques au registre est un jeu payant qui vous oblige à acheter ces jetons bizarres à n’importe quel prix d’échange disponible, créant ainsi une demande synthétique pour le jeton et faisant grimper le prix. Ce qui est pratique pour ceux qui possèdent le jeton. L’ingénieur allègue que l’essentiel de l’escroquerie de NFT consiste à sous-traiter le marketing de ce bureau d’enregistrement artificiellement effrayant à des artistes qui sont obligés de payer d’avance de grosses sommes d’argent pour référencer les URL de leurs œuvres dans l’espoir de récupérer leurs frais perdus.

« Les artistes sont comme des hamsters dans une roue qui alimente un casino géant pour que les « crypto-bros » [terme désignant les fans incontestés des cryptomonnaies] jouent sur ces URL signées dans l’espoir qu’ils puissent retourner leur achat à des « imbéciles » de plus en plus grands pour faire du profit », a-t-il déclaré. « Les NFT ne confèrent aucune propriété légale, ne donnent aucun droit sur l’œuvre d’art, ne sont pas uniques et ne fournissent aucune valeur intrinsèque, si ce n’est la valeur du signe qui permet de se vanter auprès d’autres « crypto-bros » d’une illusion collective partagée sur les entrées de la base de données », poursuit-il.

Et le marché pour ceux-ci présente un comportement étrange. Stephen estime qu’il existe sur le marché des NFT beaucoup de scénarios où la vente et l’achat de NFT ressemblent à ce qui suit :

  • la personne A achète un NFT pour 10 $ ;
  • la personne A le vend à la personne B pour 10 000 $ ;
  • la personne B le vend à la personne C pour 100 000 $ ;
  • la personne C le vend à la personne D pour 10 000 $.

Stephen explique que dans le scénario ci-dessus, les personnes A, B et C sont généralement la même personne qui transfère de l’argent entre des comptes anonymes. Et la personne D est un pigeon trompé par une fausse demande. Ce phénomène est connu sous le nom de « wash trading » et c’est illégal dans les autres marchés. Par ailleurs, les NFT seraient également un véhicule presque parfait pour le blanchiment d’argent. Disons que vous êtes assis sur plusieurs millions de jetons dont on peut retracer l’origine dans une attaque de ransomware et que vous voulez les encaisser contre des wons sur un marché cryptographique sud-coréen.

La bourse ne vous laisse pas faire à cause des lois anti-blanchiment. Vous créez donc un NFT de roche ou autre, vous vous le vendez sur l’une des plateformes NFT et presto, vous avez utilisé la plateforme NFT pour transformer des jetons sales en jetons propres que la bourse vous laissera encaisser sous forme de l’argent réel pour cacher le crime. Selon Stephen, vous pouvez répéter ce processus pour blanchir des montants pratiquement illimités par le biais d’un marché entièrement synthétique pour les JPEG qui pourrait masquer des ventes d’armes, des transactions entre cartels, des trafics d’êtres humains, le financement du terrorisme, etc.

Il estime que ce procédé reste valable dans le cadre de toute activité illégale pour laquelle vous voulez superposer des fonds pour vous en sortir. « Comme toutes les folies du marché depuis la bulle des mers du Sud ou la folie des tulipes, tout le monde sait que la vente de JPEG d’un million de dollars est un exercice irrationnel de cupidité. Pourtant, les gens suspendent leur sens de la raison et croient aux illusions populaires alors qu’en fait, il n’y a rien là », a déclaré Stephen. Dans des commentaires sur Hacker News et Reddit, de nombreuses personnes – y compris des artistes – soutiennent les arguments avancés par Stephen.

« En tant qu’artiste, j’adorerais vendre une œuvre à 69 millions de dollars. Mais je n’ai pas encore mis un seul objet en vente sous la forme de NFT, car cela me semble tellement stupide, vous vendez un nœud dans un arbre merkle/patricia/etc., pas une œuvre d’art. Je préfère créer de l’art (je fais de l’art générationnel dans le cadre de mon travail) sur mon propre temps et avec mes propres outils. Je préfère aussi vendre des œuvres d’art que les gens peuvent mettre sur leurs murs. Certaines des œuvres que je vois vendues pour 10 ETH sont si peu imaginatives », a déclaré un artiste dans un commentaire sur Hacker News.

« Mais encore une fois, dans le passé, les gens achetaient des pierres comme animaux de compagnie, donc il y a toujours quelqu’un qui a trop d’argent et aucun sens », a-t-il ajouté. Un autre commentaire dit ceci : « si vous achetez des NFT dans l’espoir d’en tirer profit, c’est-à-dire en tant qu’actifs, vous êtes un « idiot ». Par contre, si vous achetez parce que c’est stupide, drôle ou que cela vous rend heureux, allez-y, il n’y a pas d’escroquerie à ce stade. Si vous jouez les intermédiaires, franchement, je pense que vous perdez votre vie, mais alors je ne vois pas en quoi vous êtes si différent d’un marchand d’art ou d’une maison de vente aux enchères ».

« En tout cas, vous êtes probablement un meilleur distributeur de ces dollars que celui qui vous les a donnés. Il y a une exception cependant : « si vous présentez les NFT comme des investissements à des investisseurs non avertis, vous méritez d’être poursuivi en justice » », a conclu l’intéressé. Enfin, Stephen a déclaré que comme toutes les escroqueries aux cryptomonnaies, l’essence de l’escroquerie NFT consiste à recruter de nouveaux croyants en les convainquant qu’une base de données bénie est un registre de valeur qui fait autorité.

Tout comme l’attribution d’un nom à une étoile lointaine, l’escroquerie n’aurait rien à voir avec l’utilité, il s’agirait simplement d’une illusion partagée dans le cadre d’un système d’enrichissement rapide. Comme l’avait fait remarquer le célèbre écrivain britannique du 19e siècle Charles Mackay : « Des communautés entières fixent soudainement leur esprit sur un objet, et deviennent folles dans sa poursuite ; des millions de personnes sont simultanément impressionnées par une illusion, et courent après elle, jusqu’à ce que leur attention soit attirée par une nouvelle folie plus captivante que la première ».

Source : Stephen Diehl

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Que pensez-vous de l’argumentaire de Stephen ?

Pensez-vous également que les NFT sont une escroquerie ?

Pensez-vous qu’ils continueront d’exister malgré les nombreux cas de fraudes ?

Voir aussi

Le marché du NFT (jetons non fongibles) s’est effondré avec une baisse estimée à près de 90 %, le nombre de portefeuilles actifs a également chuté de près de 70 %

Tim Berners-Lee va mettre aux enchères le code source d’origine du Web en tant que jeton non fongible, avec la polémique autour des NFT, quelles sont ses motivations ?

Environ 90 % des NFT n’auront plus de valeur dans 3 à 5 ans, prévient Fred Ehrsam le cofondateur de Coinbase

Le volume des ventes de NFT a atteint 2,5 milliards de dollars au premier semestre 2021, le marché rebondit après un effondrement en mai

Tim Berners-Lee vend le code source d’origine du Web pour 5,4 millions de dollars en tant que jeton non fongible, alors que certains pays déclarent les NFT comme étant sans aucune valeur sous-jacente

Tiri

Je suis un développeur web qui cherche à résoudre les problèmes du monde réel. J'ai la passion d'apprendre et de partager mes connaissances avec les autres, aussi publiquement que possible.