L’UE prévoit de légiférer pour un chargeur de téléphone commun, malgré les grognements d’Apple, afin d’imposer un chargeur universel aux fabricants d’appareils d’ici 2024

Le mois dernier, il avait été rapporté que la Commission européenne présenterait un dossier dans ce mois de septembre pour s’attaquer au problème de la multiplicité de chargeurs des appareils mobiles de petite et moyenne taille qui pullulent sur le marché et favorisent d’énormes quantités de déchets électroniques. Selon certaines sources proches du dossier, dans quelques heures les législateurs européens vont passer à l’action en présentant aujourd’hui jeudi une proposition de loi qui obligera tous les fabricants de téléphones portables, mais aussi de tablettes, d’enceintes, d’appareils photo et d’écouteurs à fournir un port de charge unique, notamment l’USB-C, sur ces appareils d’ici 2024. Cette directive devrait également rendre le protocole de charge rapide interopérable entre les marques et les appareils. Si pour Bruxelles, cette décision est plus que nécessaire dans la mesure où elle contribuera à faire baisser le nombre de déchets électroniques produits par année, pour les fabricants et précisément Apple, cela va à l’encontre de ses intérêts économiques battis sur son port de charge « Lightning » et facturé aux fabricants de câbles et revendeurs qui veulent l’utiliser.

Depuis plusieurs années, la Commission européenne travaille à faire adopter un chargeur mobile universel pour les équipements de petite et moyenne taille. Après avoir échoué à faire adopter une norme de manière consensuelle par l’industrie elle-même, la Commission a pris ses responsabilités et veut l’imposer aux différents acteurs. En principe, cette décision ne devrait pas bousculer les principes de fabrication et les activités économiques des entreprises en général qui ont commencé à basculer vers l’USB-C depuis son apparition en 2014. Mais Apple qui met un point d’honneur à entourer ses appareils d’éléments propriétaires, ce qui a pour objectif de créer une enclave autour de ses appareils et par conséquent de ses utilisateurs, travaille à repousser aussi loin que possible cette initiative, en tout cas pour ses iPhone.

Nous précisions que depuis plusieurs années, les critiques et la pression faite à Apple ont poussé l’entreprise à lâcher du lest. En 2015, Apple a commencé à abandonner son port MagSafe sur ses ordinateurs portables MacBook au profit de l’USB-C. En 2018, ce fut à l’iPad qu’Apple a commencé à s’attaquer avec le remplacement du port Lightning par l’USB-C sur l’iPad pro. Il y a quelques jours, Apple a présenté ses nouveaux iPhone et iPad qui seront vendus au cours des douze prochains mois, et lors de cette présentation, une des annonces qui a réjoui les utilisateurs est l’apparition du port USB-C sur l’iPad mini. Malgré tous ces efforts, l’iPhone qui est de loin l’activité la plus génératrice de revenus aux côtés des autres produits et services vendus par Apple (Mac, iPad, Wearables, Domotique et Accessoires et les Services) est toujours assujetti au port Lightning depuis 2012. Si Apple continue toujours de s’agripper à son connecteur propriétaire, c’est qu’en fait les enjeux sont assez colossaux. Avec son connecteur Lightning, Apple s’est bâti une fortune en prélevant une commission sur les câbles certifiés MFi (Made for iPhone ou Conçu pour iPhone). Adopter un chargeur aux standards ouverts reviendrait donc à renoncer à cette manne financière dont Apple n’a de cesse de s’abreuver auprès des revendeurs de chargeurs et autres accessoires d’iPhone. Et pour défendre sa cause, l’entreprise déclare que l’adoption d’un chargeur commun pourrait nuire à l’innovation au lieu de l’encourager.

Avec cette nouvelle directive qui doit être présentée, les fabricants pourront conserver leur port de charge propriétaire s’ils le souhaitent, mais devront impérativement intégrer au moins un port USB-C. Étant une obligation, il ne sera pas possible de fournir un adaptateur pour les appareils concernés comme Apple a eu à la faire par le passé pour ne pas passer au port Micro-USB. Par ailleurs, vu que les chargeurs USB-C sont vendus depuis longtemps avec les appareils, le projet de loi compte imposer aux fabricants de ne plus fournir de chargeur dans les coffrets des nouveaux appareils concernés. Ceci, afin de réduire les déchets électroniques issus de l’accumulation inutile de chargeurs.

Pour Apple, ce dernier volet ne changera pas grand-chose, car l’entreprise a commencé à ne plus fournir de chargeurs pour ses iPhone et autres appareils vendus depuis quelques années. Par contre, vu que le projet de loi s’attaque également aux appareils comme les enceintes et les casques audio, Apple devra également penser, si cette loi passe, à retirer ses ports Lightning sur ses Airpod Max, ses boîtiers d’Airpod Pro ainsi que ses HomePod au profit des ports USB-C. Et là encore, il ne sera pas possible pour Apple de tricher en bridant le taux de transfert de charge, car la directive devrait obliger les fabricants à rendre le protocole de charge rapide interopérable entre les marques et les appareils.

Pour Apple, la dernière option qui s’offre afin de ne pas adopter l’USB-C serait de retirer complètement le port Lightning de ses appareils et d’imposer aux utilisateurs la charge sans fil uniquement pour charger les appareils. En effet, étant donné que les nouvelles règles de l’Union européenne (UE) ne s’appliqueront pas aux liseuses et aux chargeurs sans fil, il serait donc possible pour Apple de faire passer l’iPhone entre les mailles du filet. En principe, même si la directive ne concerne pas la charge sans fil, le marché devrait pouvoir dicter sa loi. Toutefois, la réalité a montré que ce principe ne s’impose pas à Apple surtout pour les ventes de ses iPhone. En effet, lorsqu’Apple a décidé de ne plus inclure de chargeur dans le coffret des nouveaux iPhone, alors que de nombreuses personnes ont soutenu que cela entraînerait une chute des ventes des iPhone, l’expérience a montré qu’il n’en était rien. Il est donc plus que probable que le résultat serait le même si Apple décidait de vendre ses iPhone uniquement avec la charge sans fil. Si Apple décidait d’emprunter cette voie, cela serait vraiment difficile, d’un point de vue utilisateur, d’utiliser son téléphone et les autres appareils uniquement avec la recharge sans fil. Cela reviendrait à toujours se balader avec son chargeur, car en cas décharge de la batterie, il serait difficile d’avoir facilement un chargeur sans fil pour la recharger. Mais les utilisateurs d’iPhone ont déjà montré qu’ils étaient pleins de ressources et surtout prêts à se conformer aux contraintes de l’entreprise.

Si le texte est adopté, il entrera en vigueur au début de l’année 2022. Un an sera donné aux pays membres pour le transposer en droit interne. Les fabricants auront une autre année pour le mettre en œuvre, ce qui signifie qu’il devrait être mis en place d’ici la mi-2024.

Source : Reuters

Et vous ?

À votre avis, l’UE parviendra-t-elle à imposer un chargeur commun universel ?

Selon vous, Apple va-t-il ajouter l’USB-C à ses iPhone au cas où cette loi est adoptée dans l’UE ?

Si Apple décidait de vendre un iPhone rechargeable sans fil uniquement pour contourner cette loi, pensez-vous que cela repoussera les utilisateurs ?

Voir aussi

Câble de chargement iPhone : Apple pourrait être contraint de passer à l’USB-C, sur décision de l’Union européenne

Chargeur universel pour les mobiles : la Commission européenne à bout de patience estimant insatisfaisants les progrès réalisés après près de 10 ans

Le parlement européen valide l’adoption d’un chargeur universel pour les appareils radioélectriques, Apple devra se conformer à la règle

Apple s’oppose à l’appel de l’UE pour un chargeur commun de smartphone, affirmant que cela pourrait nuire à l’innovation au lieu de l’encourager

Tiri

Je suis un développeur web qui cherche à résoudre les problèmes du monde réel. J'ai la passion d'apprendre et de partager mes connaissances avec les autres, aussi publiquement que possible.